Absentéisme

Un absentéisme toujours plus fort et inégal en 2020

Image
Willis Towers Watson
Body

Paris, 5 novembre 2020 - Willis Towers Watson réalise chaque année une étude sur l'absentéisme auprès de 500 000 salariés, issus de tous les secteurs d'activité, permettant d'établir des tendances claires de l'évolution de l'absentéisme en France, tant en termes de populations concernées que de typologie des arrêts.

Un travailleur français sur quatre démissionne dans les 90 jours suivant le début de son contrat

Image
Instant Offices
Body

Une récente recherche révèle qu’un nouvel employé sur quatre démissionne dans les 90 jours a suivant le début de son contrat. D’après une étude menée auprès de 301 directeurs RH et de 1 505 employés en France, l’absentéisme au travail a connu une augmentation de 39 % au cours de l’année dernière.

23 % des employés interrogés ont mentionné des problèmes liés au travail comme raison justifiant leur absentéisme, tandis que 19 % des absences étaient attribuées à un burnout et 10 % à des problèmes de santé mentale.

Autoriser le télétravail permet aux employés d’améliorer l’équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle, d’économiser du temps et de l’argent en évitant les transports et de réduire leur niveau de stress. L’étude révèle également que 21 % des entreprises autorisent actuellement le télétravail et que cette pratique a eu des retombées très positives sur les taux d’absentéisme.

Une croissance de l’absentéisme toujours forte en 2018, et qui touche tous les salariés

Image
gras savoye
Body

Rapport annuel Gras Savoye Willis Towers Watson

Paris, le 26 août 2019 – Le taux d’absentéisme dans les entreprises françaises continue de progresser en 2018 d’après le rapport annuel publié par Gras Savoye Willis Towers Watson, leader du conseil en Ressources Humaines. Ce rapport, qui étudie les arrêts observés en 2018 dans 546 entreprises françaises, représentant 256 054 salariés, met en lumière le phénomène : le taux d’absentéisme 2018 croît de 3,6% par rapport à 2017. Depuis 2014, la dérive s’élève à +16%. Cette augmentation est caractérisée à la fois par des arrêts plus longs, mais aussi une plus grande proportion de salariés concernés.

Un absentéisme en constante progression