Time to read
4 minutes
Read so far

Etude : l'absentéisme des salariés en forte hausse en 2020

lun 06/09/2021 - 10:12
Image
 L’absentéisme renforcé par les conséquences de la crise du Covid-19

+ 20 % : l’absentéisme des salariés français en forte hausse en 2020

Paris, le 24 août 2021 – Gras Savoye Willis Towers Watson réalise chaque année une étude quantitative sur l’absentéisme en suivant sur une période de 5 ans plus de 350 000 salariés issus de 671 sociétés. Force est de constater que depuis 2016, l’absentéisme est en constante et forte hausse (de l’ordre de + 20 % en 2020) qui s’explique notamment par le contexte sanitaire et les effets du premier confinement.

Quels sont les principaux enseignements ? Certaines populations sont-elles plus touchées que d’autres ? Comment expliquer ce phénomène ? Dans quels secteurs l’absentéisme est-il le plus marqué ? Ce phénomène est-il le reflet d’une tendance de fonds ? Quelles sont les disparités régionales ?

  •     Un taux d’absentéisme qui augmente de +24% entre 2016 et 2020 (avec effet lissé du confinement)
  •     Un taux d’absentéisme de l’ordre de 5.04% en 2020, en hausse de 20% par rapport à 2019
  •     34 % des salariés ont posé au moins 1 arrêt dans l’année en 2020
  •     54 jours : durée moyenne annuelle d’absence d’un salarié en 2020
  •     Les non-cadres 2 fois plus impactés que les cadres par la crise sanitaire
  •     L’absentéisme s’est dégradé pour tous les salariés quel que soit leur âge et notamment de +24% chez les 30 - 39 ans
  •     Le Grand Est, la région où le phénomène est le plus marqué
  •     Santé, transport et logistique : les secteurs les plus touchés

 

L’absentéisme renforcé par les conséquences de la crise du Covid-19

L’absentéisme renforcé par les conséquences de la crise du Covid-19

En constante progression depuis 2016, le taux d’absentéisme des salariés français a connu une nette augmentation en 2020, surtout pendant le premier confinement. Passant de 4,18 en 2019 à 5,04 en 2020, l’absentéisme a touché 34 % des salariés ayant au moins déposé un arrêt de travail pendant l’année. La durée d’absence est restée quasiment stable depuis l’année dernière, s’élevant à environ 54 jours. Comment expliquer cette tendance ?

Il semblerait que le dispositif d’indemnisation des arrêts dérogatoires pour motifs d’enfants non scolarisés, de personnes vulnérables ou encore de proches de personnes vulnérables, mis en place durant la crise sanitaire soit un facteur prépondérant de l’augmentation des arrêts maladie (+ 25 % en 2020). Les arrêts de plus d’une semaine et de moins de 3 mois représentent 61 % du nombre total d’arrêts en 2020 contre 52 % en 2019, conséquence en partie des arrêts dérogatoires lors du premier confinement. La bascule de ces arrêts dérogatoires en activité partielle au 1er mai a ramené l’absentéisme à un niveau « normal », en hausse par rapport à celui de 2019.

L’absentéisme renforcé par les conséquences de la crise du Covid-19 - 1

Des disparités liées au genre, à l’âge, à la situation géographique et au secteur professionnel

Le rapport révèle que l’absentéisme touche inégalement les genres, les tranches d’âge et les secteurs d’activité :

• Le contraste entre les hommes et les femmes se confirme depuis l’étude de 2019. En effet, le taux d’absentéisme s’élève à 4,52 % chez les hommes alors qu’il est de 6,08 % chez les femmes. Entre 2019 et 2020, l’absentéisme a augmenté de 23 % chez les hommes (+17 % chez les femmes). Quel que soit le genre, le taux d’absentéisme est en hausse de 40% depuis 2016.

L’absentéisme par genres


• Bien que toutes les tranches d’âge soient concernées par l’augmentation de l’absentéisme, elles le sont à différents niveaux. Les salariés de plus de plus de 50 ans sont les plus impactés avec un taux d’absentéisme s’élevant à 7,07 % en 2020 (alors qu’il était de 6,03%). Viennent ensuite les salariés âgés entre 40 et 49 ans (5,10 %) puis ceux âgés entre 30 et 39 ans (4,11 %). Pour ces derniers, l’absentéisme s’est dégradé de manière très significative +24 %. Les salariés de moins de 30 ans, dont le taux d’absentéisme est plus faible, ont été également affectés, avec un taux moyen d’absentéisme de 2,48 %, en hausse significative de +19 % en 2020.

L’absentéisme par ages


• Le taux d’absentéisme a augmenté partout en France en raison de la crise sanitaire et les mesures de confinement mises en place. Le Grand Est (6,6 % en croissance de 25 %) et les Hauts-de-France (6,3 % en croissance de 22 %) sont les régions qui connaissent le taux d’absentéisme le plus élevé. En Ile-de-France où le taux de cadres est plus élevé, ce taux n’est que 4 % mais connaît une forte augmentation (+21%) par rapport à 2019.

L’absentéisme par regions

• Les non-cadres ont été deux fois plus impactés que les cadres par la crise sanitaire. Du fait de la pénibilité de certaines professions et de l’impossibilité de télétravailler à domicile, l’on constate une augmentation de l’absentéisme de + 24 % chez les non-cadres entre 2019 et 2020. Ce taux est de 12 % chez les cadres pour la même période.

 L’absentéisme par CSP

• Les secteurs qui connaissent les plus forts taux d’absentéisme sont la santé (9,59 % en 2020, soit une augmentation de +26%), ainsi que le transport et la logistique (7,97 %, soit une augmentation de +32%), une tendance déjà présente en 2019.

Le secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants est le seul en baisse (5,01 % vs 5,19 % en 2019). Cela s’explique par la fermeture obligatoire des établissements liée au contexte sanitaire. Les secteurs des Services et de la Communication & des technologies de l’information ont été les moins impactés par l’absentéisme augmentation de l’absentéisme de l’ordre de +12%).

 L’absentéisme par secteurs

• Enfin, du côté de la taille des entreprises, l’étude révèle que les PME et les ETI sont les plus concernées par ce phénomène, mais avec une année 2020 qui a également impacté les grandes entreprises. En effet, ces dernières connaissent une évolution de la dégradation de leur taux d’absentéisme près de 2 fois supérieure à celles des PME et des ETI par rapport à la période 2016-2019 (3 %/an pour les grandes entreprises contre 6 %/an pour les ETI &PME).

« Depuis près d’un an et demi, la crise sanitaire a bouleversé l’organisation du travail, avec la mise en place de dispositifs spéciaux, la généralisation du télétravail et l’instauration du chômage partiel. L’absentéisme en entreprise engendre des coûts directs et indirects, comme le maintien de salaire et le financement d’un régime de prévoyance, le recrutement d’un remplaçant mais aussi la baisse de la productivité et la désorganisation… Lutter contre l’absentéisme est vraiment un enjeu financier et social important pour les entreprises. Par exemple, pour une entreprise de 1 000 salariés avec un salaire moyen de 30 K€ par an et un taux d’absentéisme de 5%, on estime le coût complet pour l’employeur entre 1,5 et 3 M€ par an. C’est énorme ! explique Noémie Marciano - Directrice Offre de Conseil Health & Benefits.« Et il est fort probable que l’absentéisme augmente encore dans les années à venir. Il sera intéressant d’analyser les impacts de la crise sanitaire sur l’absentéisme à moyen/long terme. »

Méthodologie

Données fiables venant de la Sécurité sociale, des arrêts maladie et arrêts de travail de plus de 3 jours, sur un panel de 352 912 salariés présents dans le portefeuille GS WTW depuis 2016.

 

Rubriques

thème

Domaine

Decideurs

Publié le