Dernières actus

Enquête IFOP pour Axys : 75% des managers satisfaits… mais écrasés par la charge mentale. Le cabinet de conseil… voir

Le métier de préventeur : késaco ?. Les risques psychosociaux (RPS) font l’objet d’une attention toute… voir

L’impact de la parentalité sur la santé mentale . Du burnout parental au burnout au travail, il n’y a qu’un… voir

Ces traits de caractère ne sont pas forcément tous négatifs à première vue. Hogan Assessments examine trois caractéristiques du leadership qui pourraient facilement devenir toxiques si le management les ignore.

Les traits de caractère ne sont pas tous égaux. D’ailleurs, certains traits de caractère peuvent sembler positifs au premier abord ou être très valorisés lorsqu’un employé travaille au sein d’une équipe de niveau inférieur. Cependant, ils peuvent progressivement se révéler toxiques lorsque cette même personne se retrouve à un poste de leadership. Les experts de Hogan Assessments – leader mondial de l’évaluation de la personnalité en milieu de travail et du conseil en leadership – ont identifié trois caractéristiques clés à prendre en compte pour éviter de faire face à une situation de leadership toxique.

Caractéristique nº 1 : Trop prudent

La prudence peut sembler être une caractéristique positive pour un manager, car on suppose que ces leaders seront mesurés et rationnels. Mais ce n’est pas toujours le cas, et cette caractéristique peut être bien plus restreignante que bénéfique. Les leaders trop prudents peuvent s’avérer toxiques, car leur peur de commettre des erreurs peut paralyser les projets et les entreprises. 

« Ce type de leader a tendance à fonctionner avec une mentalité axée sur le “pire des cas”, ce qui les amène à s’attarder sur le fait que rien n’est certain. Cela crée à son tour une réticence des leaders prudents lorsqu’il s’agit d’essayer de nouvelles choses. Ils ont alors du mal à prendre des décisions », explique le Dr Ryne Sherman, directeur scientifique et co-animateur du podcast The Science of Personality (La Science de la personnalité).

 

 

Cette incapacité à s’engager sur une décision peut mettre un terme aux projets et aboutir à un manque total de leadership ou à des managers qui perdent le cap. Cela affecte négativement leurs subordonnés, car leurs équipes apprendront alors à s’adapter pour accomplir leur tâche quotidienne, souffrant ainsi d’un manque de direction. Alternativement, cette indécision ou ce manque d’initiative pourrait potentiellement déteindre sur leur équipe. L’ensemble du département pourrait alors se sentir délaissé et avoir du mal à atteindre ses objectifs.

Caractéristique nº 2 : Trop fantaisiste

« Les personnes débordant d'imagination sont très créatives et adorent participer à des séances de brainstorming, ce qui, en tant qu’employé, peut être positif, car cela signifie que vos managers vous offrent toujours une occasion d’exprimer vos idées et vos ressentis. 

Cependant, en tant que leaders, elles sont susceptibles de trouver les tâches et activités quotidiennes ennuyeuses, ce qui peut être contre-productif pour le succès d’une entreprise », observe le Dr Sherman

Les leaders imaginatifs sont facilement distraits par leurs propres pensées et ont le potentiel de s’écarter de leur tâche. Il en résulte une approche du leadership plus chaotique et désorganisée, pouvant isoler ou gêner les subordonnés qui s’épanouissent davantage dans le cadre d’une approche plus structurée de leur travail.

Leur style de leadership peut devenir toxique, car ils ont tendance à trop compliquer les problèmes et ils s’efforcent de trouver des façons non conventionnelles ou novatrices d’aborder les défis. Malheureusement, tous les problèmes n’exigent pas qu’un leader réécrive l’histoire et son insistance sur l’ingéniosité et la créativité peut amener ses employés à le considérer comme un leader indécis et irréaliste, et saper ainsi son autorité tout en ajoutant encore au chaos de son style de management.

Caractéristique nº 3 : Trop audacieux

Les leaders audacieux peuvent être inspirants, courageux et confiants. Les employés peuvent beaucoup apprendre d’eux et de leur ascension aux postes de direction de l’organisation, mais ils représentent aussi un défi pour les collaborateurs et subordonnés avec lesquels ils travaillent. 

« Les leaders beaucoup trop audacieux refusent de reconnaître leurs fautes et leurs erreurs ou d’assumer la responsabilité de leurs échecs, de peur de perdre la face. Se croyant infaillibles, ou du moins soucieux d’être présentés comme tels, ils rejettent souvent la responsabilité de tout problème sur leurs équipes. Cela peut conduire à un manque de confiance au sein d’une structure d’équipe et susciter du ressentiment parmi les membres de l’organisation évoluant à des niveaux inférieurs, créant ainsi un environnement de travail toxique », note le Dr Sherman.

Si la responsabilisation des leaders audacieux est parfois insuffisante, ils peuvent également profiter de toute occasion pour se faire entendre, allant même jusqu’à s’attribuer le mérite des réalisations de leur équipe, quel que soit leur niveau d’implication. Ces types de leaders sont souvent incapables de reconnaître les efforts de leurs employés, choisissant plutôt de mettre en valeur leurs propres réalisations auprès de leurs supérieurs. Ce manque de solidarité au sein de l’équipe et l’absence d’encouragements peuvent être démoralisants pour une équipe et fomenter du ressentiment parmi les collègues, ainsi qu’un manque de dynamisme ou de motivation chez les employés qu’ils dirigent.

Sticky Menu
COLOR SKINS
COLOR SCHEMES