Dernières actus

Enquête IFOP pour Axys : 75% des managers satisfaits… mais écrasés par la charge mentale. Le cabinet de conseil… voir

Le métier de préventeur : késaco ?. Les risques psychosociaux (RPS) font l’objet d’une attention toute… voir

L’impact de la parentalité sur la santé mentale . Du burnout parental au burnout au travail, il n’y a qu’un… voir

Un Français sur trois (33%), chercherait un nouveau travail avec plus de flexibilité si le travail hybride n’était plus possible au sein de son entreprise.

Les 35-42 ans sont les collaborateurs qui travaillent le plus en présentiel et les collaborateurs présents depuis plus de 10 ans au sein de leur entreprise sont les plus adeptes du télétravail (63%).

Owl Labs, spécialiste des technologies collaboratives hybrides dévoile les résultats de son étude sur l’évolution du travail hybride en France. Menée auprès de 511 répondants au cours du mois de février 2024, cette étude permet de mettre en lumière les habitudes de travail des employés français. Voici les principaux enseignements de ce rapport.

Un retour partiel au bureau

Le télétravail ou travail hybride sont des modèles de travail particulièrement appréciés et plébiscités par les collaborateurs. Pour autant, on constate d’ores et déjà un retour partiel en présentiel qui s’effectue progressivement. Ainsi, un collaborateur sur deux (51%) travaille en présentiel tous les jours. 

Pour ceux qui ont toujours la possibilité de travailler de manière hybride, la plupart d’entre eux préfèrent et sont davantage au travail, qu’à la maison : 2 jours à la maison et 3 jours au bureau est le rythme privilégié pour 19% des répondants. Ceci permet de mettre en lumière une baisse significative du pourcentage de collaborateurs en travail hybride. En effet, l’année dernière, ce rythme de travail était privilégié par 40% des employés.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les grandes entreprises ne sont pas les organisations qui imposent davantage à leurs collaborateurs de revenir au bureau. Cela est peut-être dû au fait que ces grandes entreprises ont davantage de ressources et ont davantage investies dans des équipements et des technologies permettant de faciliter l’instauration et la pérennisation d’un mode de travail hybride ou à distance pour leurs collaborateurs. On observe ainsi que 59% des répondants travaillant au sein d’une PME sont à 100% en présentiel, tandis que cela n’est le cas que pour 42% des répondants au sein de grandes entreprises.

Pas de retour en arrière possible

Le travail hybride est si bien installé désormais qu’il en est même devenu pour certains indispensable. Il s’agit d’un réel changement dans la façon de travailler, mais également au niveau de l’équilibre entre la vie professionnelle et privée. Le travail hybride est devenu un facteur de bien-être au travail. À travers les retours des répondants, il est possible d’observer que si désormais le travail hybride n’était plus toléré par les employeurs, 61% des répondants seraient déçus et parmi eux,  28% seraient moins heureux.

En outre, le rapport de l’an dernier sur l’état du travail hybride en France indiquait qu’un français sur quatre (25%) chercherait un nouveau travail, s’il n’était plus possible de travailler de manière hybride. Cette année, la tendance se concrétise avec cette fois-ci un Français sur trois (33%) qui chercherait un nouvel emploi offrant davantage de flexibilité.

“Nous constatons de réelles divergences entre ce que souhaitent les collaborateurs et ce que les entreprises veulent imposer comme mode de travail. Le travail hybride et télétravail sont des modes qui permettent aux collaborateurs de s’épanouir au quotidien, aussi bien dans leur travail, que dans leur vie privée. Pour quelques raisons que ce soit, les employeurs qui désirent revenir en arrière à ce sujet, se confronteront automatiquement à une résistance des collaborateurs. Une stratégie quelque peu discutable, dans un contexte de pénurie des talents” selon Frank Weishaupt, CEO d’Owl Labs

Des disparités qui perdurent

 

Les modes de travail sont divers et les habitudes les concernant le sont tout autant. Ces disparités sont aussi dues aux habitudes générationnelles. En effet, selon le rapport, le travail en présentiel est le mode de travail préféré de la génération des 35 à 42 ans qui occupe la première place du podium avec 27%, suivi de très près par les 43-53 ans (26%) et enfin les 27-34 ans (22%). Le travail hybride, quant à lui, est très populaire auprès des 27-34 ans (32%), suivi par les 35-42 ans (29%).

Enfin et cette fois-ci de manière plutôt surprenante, le rapport permet d’observer que 50% des répondants du groupe générationnel des 55 à 64 ans ont adopté le travail à distance à temps plein. Ce qui permet aussi de démontrer que les collaborateurs seniors se sont extrêmement bien habitués aux nouveaux modes de travail et aux nouvelles technologies qui en découlent. 

Par ailleurs, cette tendance s’explique également par le fait que des disparités par rapport au télétravail subsistent aussi en fonction de l’ancienneté. Plus précisément, les collaborateurs qui travaillent depuis plus de 10 ans dans leur entreprise sont ceux qui ont adopté le plus le télétravail à temps plein (63%). Au-delà d’une habitude prise, cela peut également se traduire par le fait qu’une réelle confiance est accordée plus facilement aux personnes qui sont au sein de l’entreprise depuis plusieurs années.

societes
Sticky Menu
COLOR SKINS
COLOR SCHEMES