Dernières actus

Enquête IFOP pour Axys : 75% des managers satisfaits… mais écrasés par la charge mentale. Le cabinet de conseil… voir

Le métier de préventeur : késaco ?. Les risques psychosociaux (RPS) font l’objet d’une attention toute… voir

L’impact de la parentalité sur la santé mentale . Du burnout parental au burnout au travail, il n’y a qu’un… voir

Selon une étude mondiale menée par le XM Institute de Qualtrics auprès de plus de 22 000 salariés dans 28 pays, une mauvaise expérience collaborateur affecterait les comportements au travail et impacterait directement la performance des entreprises, en se traduisant notamment par :

  •     Une faible productivité : 2,5 milliards d’employés  feraient davantage d’efforts s’ils se sentaient davantage considérés dans leur travail par leurs employeurs.
  •     Un taux de rotation élevé : les collaborateurs ayant l’impression de ne pas être écoutés sont plus susceptibles (de 25 %) de se mettre en quête d’un nouvel emploi.

Manque d’investissement des collaborateurs

Au-delà du sujet du recrutement, les entreprises doivent aujourd’hui concentrer leurs efforts sur la productivité et l’engagement de leurs salariés. Or, selon l’étude, ces derniers sont nombreux à estimer qu’ils ne bénéficient pas d’une expérience collaborateur optimale. En conséquence, 62 % des salariés à travers le monde seraient prêts à faire davantage d’efforts s’ils se sentaient davantage considérés par leurs dirigeants. Cette conclusion est particulièrement notable en Chine et en Inde où respectivement 93 % et 90 % des employés déclarent qu’ils seraient prêts à s’investir davantage, contre un peu plus de la moitié en France (54%). A contrario, les collaborateurs de certains pays d’Europe du Nord tels que les Pays-Bas (33%) ou l’Allemagne (29%) sembleraient moins sensibles à ce facteur.

Manque d’investissement des collaborateurs

Des progrès à accomplir en matière de communication

Afin de prendre davantage soin de leurs employés, les entreprises pourraient commencer par mieux tenir compte de leurs retours. Selon les résultats, 63 % des salariés se déclarent insatisfaits de la capacité d’écoute de leur direction. Cependant, les niveaux de mécontentement varient sensiblement suivant les pays (plus de 80 % en Chine et en Inde, contre seulement 39 % au Japon)

Des progrès à accomplir en matière de communication

Les collaborateurs en manque d’écoute sont plus susceptibles de quitter leur emploi

Parmi les collaborateurs insatisfaits, 49% d’entre eux attendent que leur employeur leur prête une oreille plus attentive et se déclarent davantage susceptibles de chercher un nouvel emploi au cours des six mois à venir. Cet écart est encore plus important au Royaume-Uni et en Australie. En effet, la différence quant aux envies de départ liées ou non à ce problème d’écoute avoisine les 37 points de pourcentage. Quatre autres pays affichent également des écarts d’au moins 30 points : les États-Unis, Singapour, la Thaïlande et la Nouvelle-Zélande. La France, tout comme le Japon, le Mexique, les Philippines, la Belgique, l’Italie et la Colombie affichent quant à eux des divergences inférieures aux 20 points de pourcentage.

Les collaborateurs en manque d’écoute sont plus susceptibles de quitter leur emploi

L’expérience collaborateur compte plus que jamais

Confrontées à la pénurie de talents, les entreprises doivent redoubler d’efforts pour offrir le meilleur cadre de travail possible à leurs équipes. Bien que les entreprises aient ajusté leurs modes de fonctionnement en réaction aux récentes crises rencontrées, nombre des changements mis en place durant cette période ne se sont pas montrés viables ou applicables à plus long terme. Aujourd’hui, c’est une autre dynamique qui doit être déployée, impliquant  employeurs et employés. Ces derniers doivent désormais trouver un nouvel équilibre, en tenant compte à la fois des besoins opérationnels et économiques des entreprises, et des désirs et préférences des salariés. La gestion de l’expérience collaborateur est donc une nouvelle fois au cœur de l’effort de résilience en temps de crise : un meilleur engagement des collaborateurs constituant la première étape vers la création d’un cercle vertueux, permettant d’obtenir de meilleures performances pour l’entreprise.

societes
Sticky Menu
COLOR SKINS
COLOR SCHEMES